Valeriana

From FloraWiki - le wiki sur la Flore Suisse
Jump to: navigation, search

(Genre)

Valeriana (Valériane)
By: Michael Jutzi
Info Flora, Flora Helvetica
Geographic Scope: Suisse — Source: Flora Helvetica — Collaboration limited to: Team Flora HelveticaContributors: Anne-Laure Maire
1
Feuilles toutes pennatiséquées. Tige à 4–14 paires de feuilles. Inflorescence multiflore, généralement en corymbe dense. Fleurs roses à blanches 
Valeriana officinalis aggr. – Valériane officinale
H; 40–150 cm — collinéen–subalpin;
hautes herbes, ourlets herbacés
; Eurasie
a
Plante à stolons aériens. Divisions terminales des feuilles moyennes nettement plus larges que les divisions latérales, celles-ci dentées   ► b
Plante sans stolons. Divisions terminales des feuilles moyennes pas plus larges que les latérales, celles-ci dentées ou à bord entier   ► c
b
Tige généralement à poils étalés dans le bas. Feuilles caulinaires moyennes à 2–8 paires de divisions, celles-ci à poils étalés dessous 
Valeriana repens Host – Valériane rampante
H; 80–150 cm — collinéen–montagnard;
hautes herbes humides, riches en substances nutritives
; Filipendulion; Europe occidentale
Tige glabre dans le bas. Feuilles caulinaires médianes à 2–4 paires de divisions, à poils appliqués épars dessous 
Valeriana sambucifolia J. C. Mikan – Valériane à feuilles de sureau
H; 40–90 cm — collinéen–montagnard;
buissons et hautes herbes humides et riches en substances nutritives
c
Tige glabre, à 6–13 paires de feuilles, les divisions nettement dentées 
Valeriana officinalis L. – Valériane officinale
H; 70–160 cm — collinéen–montagnard;
hautes herbes humides, ourlets herbacés
; Filipendulion, Convolvulion; Europe orientale
Tige glabre ou velue, à 4–7 paires de feuilles. Divisions des feuilles entières ou à quelques dents dans la moitié supérieure   ► d
d
Tige glabre. Feuilles caulinaires médianes glabres dessous ou à poils appliqués longs de 0,2–0,5 mm 
Valeriana pratensis Dierb. – Valériane des prés
H; 50–100 cm — collinéen;
hautes herbes humides, prés mouillés
; Filipendulion, Molinion; Europe centrale
Tige pourvue dans la partie inférieure de poils étalés. Feuilles caulinaires médianes à face inférieure à poils étalés longs de 0,5–1 mm   ► e
e
Feuilles moyennes à 7–13 paires de folioles. Foliole terminale aussi large ou plus étroite que les latérales 
Valeriana wallrothii Kreyer – Valériane des collines
H; 50–100 cm — collinéen–subalpin;
hautes herbes riches en calcaire, plutôt sèches, ourlets herbacés
; Trifolion medii; Europe centrale
Feuilles moyennes à 5–8 paires de folioles. Foliole terminale généralement plus large que les latérales 
Valeriana versifolia Brügger – Valériane à feuilles diverses
H; 30–70 cm — montagnard–subalpin;
mégaphorbiaies humides, riches en substances nutritives
; Adenostylion; Alpes ?
Feuilles, au moins les inférieures, indivises   ► 2
2 (1)
Feuilles caulinaires moyennes et supérieures pennatiséquées. Plante dioïque. Inflorescence en corymbe dense 
Valeriana dioica L. – Valériane dioïque
G; 15–30 cm — collinéen–montagnard (–subalpin);
prés mouillés, bas-marais, forêts alluviales
; Calthion, Molinion, Fraxinion; Europe
Feuilles caulinaires indivises ou tripartites. Plante monoïque   ► 3
3 (2)
Plante haute de 70–110 cm. Feuilles basales atteignant 20 cm de long, presque aussi larges, à dents irrégulières profondes. Inflorescence largement ramifiée 
Valeriana pyrenaica L. – Valériane des Pyrénées
H; 70–110 cm — montagnard–subalpin;
mégaphorbiaies humides
; Adenostylion; Pyrénées; néophyte
Plante ne dépassant pas 50 cm de haut. Feuilles basales ne dépassant pas 12 cm de long, entières ou à dents peu profondes   ► 4
4 (3)
Tige à plusieurs paires de feuilles   ► 5
Tige ne portant que 1–2 paires de feuilles, celles de l'inflorescence non comprises, et ne dépassant pas 30 cm de haut   ► 6
5 (4)
Feuilles caulinaires généralement triséquées, celles des pousses stériles cordées, nettement dentées 
Valeriana tripteris L. – Valériane triséquée
H; 10–60 cm — (collinéen–) montagnard–subalpin (–alpin);
rochers ombragés, forêts de montagne, pierriers
; Cystopteridion, Abieti-Piceion, Vaccinio-Piceion, Petasition paradoxi; Europe centrale et méridionale
Feuilles caulinaires indivises, celles des pousses stériles atténuées en pétiole ou tronquées, entières ou à dents peu marquées 
Valeriana montana L. – Valériane des montagnes
H; 10–40 cm — (montagnard–) subalpin (–alpin);
éboulis riches en calcaire, plutôt humides, forêts de montagne
; Petasition paradoxi, Vaccinio-Piceion; Europe centrale et méridionale
6 (4)
Fleurs en 2–6 verticilles, jaunâtres à la base, à lobes rouge foncé à rouge pâle 
Valeriana celtica L. – Valériane celte
H; 5–15 cm — (subalpin–) alpin;
pelouses de montagne rocailleuses, pauvres en calcaire
; Caricion curvulae, Festucion variae; Alpes grées et pennines
Fleurs disposées différemment, blanches ou rose pâle   ► 7
7 (6)
Fleurs en petits corymbes formant une panicule lâche, blanches. Feuilles ciliées, les caulinaires linéaires 
Valeriana saxatilis L. – Valériane des rochers
H; 5–30 cm — (collinéen–) montagnard–subalpin (–alpin);
rochers riches en calcaire, pierriers
; Potentillion, Thlaspion rotundifolii; Europe centrale et sud-est
Fleurs en têtes denses entourées de bractées. Fleurs rose pâle   ► 8
8 (7)
Feuilles basales suborbiculaires-spatulées, 1–1,5 fois plus longues que larges, brusquement rétrécies en pétiole court. Aigrette longue de 10–12 mm 
Valeriana supina Ard. – Valériane naine
H; 2–12 cm — (subalpin–) alpin;
éboulis riches en calcaire
; Thlaspion rotundifolii; Alpes orientales
Feuilles basales oblongues-obovales, 1,5–4 fois plus longues que larges, atténuées en pétiole court. Aigrette longue de 6–10 mm 
Valeriana saliunca All. – Valériane à feuilles de saule
G; 5–15 cm — (subalpin–) alpin;
pierriers riches en calcaire, pelouses rocheuses
; Thlaspion rotundifolii, Seslerion; Europe centrale et sud-ouest