Equisetum

From FloraWiki - le wiki sur la Flore Suisse
Jump to: navigation, search

(Genre)

Equisetum (Prêle)
By: Stefan Eggenberg
Info Flora, Flora Helvetica
Geographic Scope: Suisse — Source: Flora Helvetica — Collaboration limited to: Team Flora HelveticaContributors: Anne-Laure Maire
1
Tige munie d'au moins un épi sporangifère   ► 2
Absence d’épi sporangifère ou suspicion de plante hybride (clé alternative pour identifier les tiges stériles et les hybrides)   ► 10
2 (1)
Epis sporangifères apiculés au sommet. Tige verte   ► 3
Epis sporangifères obtus au sommet. Tige verte ou non verte   ► 5
3 (2)
Gaines inférieures blanchâtres encadrées par deux anneaux noirs. Tige vert sombre, très creuse à lacune centrale occupant > 2/3 du diamètre de la tige 
Equisetum hyemale L. – Prêle d'hiver
Ch; 50–150 cm — collinéen–subalpin;
végétations pionnières à humidité variable, forêts alluviales
; Alnion incanae, Fraxinion; Eurasie, Amérique du Nord
EquiHyem1.jpg
Gaines inférieures vertes, toujours dépourvues d’anneau noir à la base   ► 4
4 (3)
Plante ne dépassant pas 40 cm de hauteur, à tiges grêles de 2-3 mm de diamètre, non ramifiées ou munies uniquement de quelques rameaux à la base. Gaines ± aussi larges que longue, tricolores vert-noir-blanc : vertes à la base, surmontées de 4-10 dents noires largement bordées d’une membrane blanche 
Equisetum variegatum Schleich. – Prêle panachée
Ch-G; 10–30 cm — montagnard–subalpin (–alpin);
plaines alluviales riches en calcaire, sableuses, bas-marais
; Caricion bicolori-atrofuscae, Caricion davallianae; Eurosibérie, Amérique du Nord
EquiVari1.jpg
Plante polymorphe de 10 à 100 cm de hauteur, à tige de 2-9 mm de diamètre, ramifiée généralement sur une grande partie de la tige (parfois uniquement à la base ou non rameuse). Gaines de la tige principale nettement plus longues que larges, à (4-) 8-15 (-26) dents à base triangulaire persistante mais munies d’une longue pointe effilée rapidement caduque 
Equisetum ramosissimum Desf. – Prêle rameuse
Ch; 30–90 cm — collinéen–montagnard;
rives des cours d'eau à humidité variable, sableuses
; Epilobion fleischeri, Agropyro-Rumicion; Cosmopolite
EquiRamo1.jpg
5 (2)
Tige et gaine dépourvue de chlorophylle, blanchâtre ou rose rougeâtre, ne portant pas de verticilles de rameaux, dépérissant rapidement après maturation des spores   ► 6
Tige et gaine vertes. Plus rarement : gaines vertes sur tige blanchâtre ou roussâtre au début devenant verte (tige alors pourvue de verticilles de rameaux)   ► 7
6 (5)
Tige robuste d’env. 10 mm de diamètre. Epis longs de 4 – 8 cm. Gaines pourvues de 20-35 dents 
Equisetum telmateia Ehrh. – Prêle géante
G; 20–50 cm — collinéen–montagnard;
forêts alluviales riches en calcaire, abords des sources
; Fraxinion, Alnion incanae; Europe, Asie occidentale
EquiTelm1.jpg
Tige peu robuste d’environ 5 mm de diamètre. Epis longs de 1,5 – 5 cm. Gaines pourvues de < 15 dents 
Equisetum arvense L. – Prêle des champs
G; 10–20 cm — collinéen–subalpin;
végétations pionnières à humidité variable, bords des chemins, rives, terrains ferroviaires
; Convolvulo-Agropyrion, Agropyro-Rumicion, Polygono-Chenopodion; Eurasie, Amérique du Nord
EquiArve1.jpg
7 (5)
Rameaux eux-mêmes 1-2 fois ramifiés. Tige fertile rosée, devenant verte. Gaines vertes à la base surmontées de longues dents brunes 
Equisetum sylvaticum L. – Prêle des bois
G; 20–50 cm — (collinéen–) montagnard–subalpin;
forêts à humidité variable, plutôt pauvres en calcaire, prés et pâturages de montagne, ourlets herbacés
; Alnion incanae, Abieti-Piceion, Cynosurion; Eurosibérie, Amérique du Nord
Rameaux absent, ou alors simples, non ramifiés   ► 8
8 (7)
Gaines verdâtre d’environ 15 mm de long, un peu renflées, non appliquées contre la tige, surmontées de longues dents. Tige fertile blanchâtre brun clair au début, verdissant par la suite 
Equisetum pratense Ehrh. – Prêle des prés
G; 10–30 (–50) cm — (montagnard–) subalpin;
forêts alluviales claires, plutôt pauvres en calcaire, forêts de feuillus mixtes à humidité variable, lisières
; Alnion incanae; Eurosibérie, Amérique du Nord
EquiPrat1.jpg
Gaines vertes ne dépassant généralement pas 10 mm de long, appliquées contre la tige, surmontées de courtes dents noires. Tige verte   ► 9
9 (8)
Tige grêle de 2-3 mm de diamètre, profondément sillonnée, presque pleine (la lacune centrale occupant au maximum 1/6 du diamètre de la tige) 
Equisetum palustre L. – Prêle des marais
G; 20–60 cm — collinéen–subalpin (–alpin);
bas-marais, prés mouillés, fossés
; Caricion fuscae, Caricion davallianae, Calthion; Eurasie, Amérique du Nord
EquiPalu1.jpg
Tige robuste de 5-10 mm de diamètre, lisse ou striée, très creuse (la lacune centrale occupant au moins 4/5 du diamètre de la tige) 
Equisetum fluviatile L. – Prêle limicole
G; 30–120 cm — collinéen–subalpin;
rives lacustres, magnocariçaies, forêts inondables
; Alnion glutinosae, Phragmition, Magnocaricion; Eurasie, Amérique du Nord
EquiFluv1.jpg
10 (1)
Gaines inférieures blanchâtres (vert pâle sur les jeunes tiges) encadrées par deux anneaux noirs (parfois entièrement noire chez E. x trachyodon). Epis sporangifères, si présents, apiculés au sommet.   ► 11
Gaines inférieures vertes, toujours dépourvues d’anneau noir à la base   ► 13
11 (10)
Gaines supérieures semblables aux inférieures. Tige vert sombre. Spores bien formées. Plantes de milieux ombragés et humides   ►► 3
Equisetum hyemale L. – Prêle d'hiver
kollin–subalpin;
pentes humides par ruissellement en forêts claires, en général en grandes colonies
EquiHyem1.jpg
Gaines supérieures différentes des inférieures. Spores avortées. Plantes supportant les situations exposées   ► 12
12 (11)
Gaines inférieures noircissant souvent rapidement, surmontée de dents plus longtemps persistantes que chez E. x moorei. Tubercules siliceux des côtes des tiges n’entrant pas en contact. Gaines moins de 1,5 fois plus longues que larges 
Equisetum x trachyodon A. Braun – Prêle à dents rudes
(= E. x mackayi)
G; 20–50 cm — collinéen;
rives des cours d'eau à humidité variable, riches en calcaire, saulaies, prés mouillés
; Molinion, Caricion bicolori-atrofuscae;
Hybride entre E. hyemale et E. variegatum
EquixTrac1.jpg
Gaines supérieures restant vertes, dépourvues d’anneau basal noir à maturité. Tubercules siliceux des côtes des tiges entrant en contact. Gaines 1,5 fois plus longues que larges 
Equisetum x moorei Newman – Prêle de Moore
talus sablonneux, pelouses mi-sèches
; Eurasie;
Hybride entre E. hyemale et E. ramosissimum
13 (10)
Tige munie régulièrement de verticille de rameaux. Rameaux pleins, dépourvu de lacune centrale   ► 14
Tige ramifiée (souvent seulement irrégulièrement ramifiée), ou non ramifiée. Rameaux fistuleux, muni d'une lacune centrale (couper et observer à la loupe!)   ► 17
14 (13)
Tige épaisse (environ 1 cm de diamètre), à entrenœuds blancs ivoire, brunissant au cours de la saison. Rameaux des verticilles non eux-mêmes ramifiés, très nombreux (20-40 par verticille)   ►► 6
Equisetum telmateia Ehrh. – Prêle géante
kollin–montan;
endroits humides en forêts de feuillus, plus rarement marais
; Europe, Asie occidentale
EquiTelm1.jpg
Tige moins épaisse, à entrenœuds verts. Moins de 20 rameaux par verticille   ► 15
15 (14)
Rameaux eux-mêmes ramifiés, à section quadrangulaire (coupe transversale). Dents des gaines rassemblées en 2-4 (-6) grand lobes membraneux brunâtres   ►► 7
Equisetum sylvaticum L. – Prêle des bois
(kollin–) montan–subalpin;
forêts, pâturages, marais
; Eurosibérie, Amérique du Nord
Rameaux non ramifiés. Dents des gaines nombreuses, non rassemblées en lobes membraneux   ► 16
16 (15)
Rameaux à section triangulaire (coupe transversale). Tige hérissée de nombreuses petites spicules siliceuses (loupe !). Premier article des rameaux égal ou plus court que la gaine correspondante de la tige principale vers la base, plus long que la gaine vers le sommet. Dans la dition, espèce localisée dans les montagnes du Valais et des Grisons   ►► 8
Equisetum pratense Ehrh. – Prêle des prés
(montan–)–subalpin;
prairies humides, lisières, gorges
; Eurosibérie, Amérique du Nord
EquiPrat1.jpg
Rameaux à section quadrangulaire (coupe transversale). Premier article des rameaux nettement plus long que la gaine correspondante de la tige principale. Espèce très commune et largement distribuée   ►► 6
Equisetum arvense L. – Prêle des champs
kollin–subalpin;
bords de chemins, alluvions, voies ferrées
; Eurasie, Amérique du Nord;
Risque de confusion avec E. palustre, qui a le premier article des rameaux nettement plus court que la gaine correspondante de la tige principale
EquiArve1.jpg
17 (13)
Plante ne dépassant pas 40 cm de hauteur, à tiges grêles de 2-3 mm de diamètre, non ramifiées ou munies uniquement de quelques rameaux à la base. Gaines ± aussi larges que longue, tricolores vert-noir-blanc : vertes à la base, surmontées de 4-10 dents noires largement bordées d’une membrane blanche   ►► 4
Equisetum variegatum Schleich. – Prêle panachée
montan–subalpin (–alpin);
endroits sablonneux, graviers, alluvions
; Eurosibérie, Amérique du Nord
EquiVari1.jpg
Tiges et gaines ne présentant pas cet ensemble de caractères   ► 18
18 (17)
Tige lisse ou striée, très creuse (la lacune centrale occupant au moins 4/5 du diamètre de la tige), robuste de 5-10 mm de diamètre   ►► 9
Equisetum fluviatile L. – Prêle limicole
kollin–subalpin;
pionnier d'atterrissement dans les lacs, étangs et fossés
; Eurasie, Amérique du Nord
EquiFluv1.jpg
Tige profondément sillonnée à lacune centrale occupant environ la moitié du diamètre de la tige, ou moins de la moitié   ► 19
19 (18)
Tige de 2-9 mm de diamètre à lacune centrale occupant environ la moitié du diamètre de la tige. Epis sporangifères, si présents, apiculés au sommet   ►► 4
Equisetum ramosissimum Desf. – Prêle rameuse
kollin–montan;
sols sablonneux et secs aux abords des cours d'eau
; Cosmopolite
EquiRamo1.jpg
Tige grêle de 2-3 mm de diamètre, presque pleine (la lacune centrale < ½ du diamètre de la tige). Epis sporangifères, si présents, obtus au sommet   ►► 9
Equisetum palustre L. – Prêle des marais
kollin–subalpin (–alpin);
prairies marécageuses, fossés
; Eurasie, Amérique du Nord
EquiPalu1.jpg