Alchemilla

From FloraWiki - le wiki sur la Flore Suisse
Jump to: navigation, search

(Genre)

Alchemilla (Alchémille)
By: Stefan Eggenberg
Info Flora, Flora Helvetica
Geographic Scope: Suisse — Source: Flora Helvetica — Collaboration limited to: Team Flora HelveticaContributors: Anne-Laure Maire
1
Feuilles basales divisées au moins sur 75 % du limbe, ou complètement divisées en folioles. Face inférieure des feuilles munie de quelques poils soyeux épars ou densément soyeuse-argentée   ► 2
AlchConj Lf 1.TIF
Feuilles basales lobées, les lobes atteignant au maximum un peu plus de la moitié du limbe (60 %). Face inférieure des feuilles non soyeuse-argentée   ► 8
AlchFirm Lf 1.tif
2 (1)
Plantes couchées, à rameaux rampants radicants aux noeuds, formant des tapis. Feuilles divisées jusqu'à la base. Folioles grossièrement dentées ou même profondément incisées-dentées. Plante de haute montagne des combes à neige   ► 3
Tiges couchées à dressées, mais à rameaux rampants non radicants   ► 4
3 (2)
Feuilles glabres sur les deux faces, normalement toutes à 5 folioles. Folioles profondément incisées 
Alchemilla pentaphyllea L. – Alchémille à cinq folioles
Ch; 5–15 cm — (subalpin–) alpin;
combes à neige pauvres en calcaire, pâturages de montagne humides
; Salicion herbaceae; Alpes occidentales
AlchPent Lf 1.tif
Feuilles soyeuses dessous. Certaines feuilles à plus de 5 folioles. Folioles incisées ± profondément, souvent seulement grossièrement dentées 
Alchemilla pentaphylloides aggr. – Alchémille à cinq folioles
combes à neige
4 (2)
Plante à rejets stériles rampants terminés par une rosette. Feuilles à 5–7 divisions, à dents convergentes. Pédicelles généralement à peine aussi long que les fleurs, les glomérules floraux paraissant alors très denses. Plante généralement sur silice   ► 5
Plante dépourvue de longs rejets stériles rampants terminés par une rosette. Feuilles à (5–)7–9 divisions   ► 6
5 (4)
Dents des feuilles longues de 0,3–2 mm, ce qui correspond à 2–7(–10) % de la longueur des folioles 
Alchemilla alpina aggr. – Alchémille des Alpes
10–30 cm — montagnard–alpin;
falaises pauvres en calcaire, pâturages maigres, brousses d'arbustes nains
; Nardion, Androsacion vandellii, Loiseleurio-Vaccinion; Europe
AlchAlpi LfPart 1.tif
AlchAlpi Lf 1.tif
Dents des feuilles longues de 1–4 mm, ce qui correspond à (3–)7–15(–20) % du limbe 
Alchemilla subsericea aggr. – Alchémille peu soyeuse
10–25 cm — subalpin–alpin;
éboulis siliceux et ombragés, brousses d'aune vert
; Androsacion alpinae, Alnenion viridis; Alpes occidentales
AlchSubs Lf 1.tif
6 (4)
Feuilles grossièrement dentées, à dents longues de 2–4 mm (généralement nettement plus longues que larges), ce qui correspond à 7–25 % du limbe. Folioles seulement environ 2 fois plus longues que larges, se touchant et se recouvrant, seulement un peu soyeuses dessous. Inflorescence très compacte 
Alchemilla grossidens aggr. – Alchémille à grosses dents
pierriers schisteux, rochers de schiste et de flysch
; Drabion hoppeanae, Potentillion caulescentis
AlchGros LfPart 1.tif
Feuilles finement dentées, à dents longues de 0,5–1 mm. Folioles 2–4 fois plus longues que larges, se recouvrant à peine, soyeuses brillantes dessous. La majorité des pédicelles plus longs que la fleur, les glomérules paraissant alors plutôt aérés. Plante calcicole   ► 7
AlchAlpi LfPart 1.tif
7 (6)
Folioles libres ou soudées au maximum sur 10 % de leur longueur. Tige 2–4 fois plus longue que les feuilles 
Alchemilla plicatula aggr. – Alchémille plissée
10–25 cm — montagnard–alpin;
fissures de rochers calcaires, pelouses calcaires rocailleuses
; Potentillion caulescentis, Seslerion; Alpes occidentales
Folioles (surtout les inférieures) soudées sur 10–50 % de leur longueur. Tige 1–2(–3) fois plus longue que les feuilles 
Alchemilla conjuncta aggr. – Alchémille calcicole
10–30 cm — montagnard–subalpin (–alpin);
pelouses de montagnes plutôt riches en calcaire, éboulis, rochers
; Seslerion, Caricion firmae; Alpes centrales et orientales
8 (1)
Tiges et pétioles glabres ou à poils appliqué, au mieux légèrement étalés-dressés   ► 9
Au moins la partie inférieure de la tige ou les pétioles à poils étalés   ► 13
9 (8)
Feuilles basales divisées sur 30–50 % de leur longueur. Réceptacles floraux au maximum aussi long que les sépales à maturité. Plante glauque. Sépales extérieurs généralement égalant les intérieurs 
Alchemilla fissa aggr. – Alchémille fendue
Ch; 10–30 cm —
combes à neige, pâturages humides
; Salicion herbaceae, Poion; Europe centrale et méridionale
AlchFiss Lf 1.tif
Feuilles basales divisées sur 20–30 % de leur longueur. Réceptacles floraux clairement plus longs que les sépales à maturité   ► 10
10 (9)
Pédicelles et pétioles à poils appliqués ou un peu étalés-dressés. Tige densément munie de poils soyeux appliqués. Feuilles glabres dessus, soyeuses dessous (rarement seulement soyeuses sur les nervures) 
Alchemilla splendens aggr. – Alchémille brillante
10–20 cm — subalpin;
pelouses de montagne rocailleuses, riches en calcaire, éboulis
; Seslerion, Thlaspion; Alpes
AlchSple Lf 1.tif
Pédicelles toujours glabres. Feuilles à face supérieure glabres ou à poils épars   ► 11
11 (10)
Tiges et pétioles à poils appliqués ou étalés-dressés 
Alchemilla glabra aggr. – Alchémille glabre
10–50 cm —
bords de ruisseaux, prairies de montagne humides, mégaphorbiaies
; Calthion, Polygono-Trisetion, Adenostylion
AlchGlab Lf 1.tif
Tiges (presque) glabres, pétioles glabres   ► 12
12 (11)
Plante grande. Feuilles divisées sur 20–30 % de leur longueur 
Alchemilla coriacea aggr. – Alchémille coriace
20–50 cm — montagnard–subalpin;
abords des sources, bords de ruisseaux, mégaphorbiaies
; Cardamino-Montion, Adenostylion; Europe centrale et sud-ouest
Plante petite. Feuilles divisées sur 30–50 % de leur longueur 
Alchemilla demissa aggr. – Alchémille à tige basse
combes à neige, pâturages humides
; Salicion herbaceae, Poion
13 (8)
Réceptacles floraux et pédicelles (presque) glabres. Tige et pétiole à poils étalés (seulement chez les premières feuilles vernales parfois glabres)   ► 14
Alch Fl kahl.tif
Réceptacles floraux et pédicelles ainsi que la tige densément couvert de poils étalés (presque laineux)   ► 16
Alch Fl behaart.tif
14 (13)
Tiges couchées. Feuilles larges de 3–8 cm, profondément divisées (sur 30–60 % de leur longueur). Limbe ondulé, ridé, généralement en forme d'entonnoir. Dents des feuilles relativement grossières 
Alchemilla decumbens aggr. – Alchémille rampante
5–20 cm — subalpin–alpin;
abords des sources, pâturages humides
; Cratoneurion, Polygono-Trisetion
Tiges ascendantes. Feuilles grandes, larges de 6–15 cm, peu à moyennement divisées (sur moins de 30 % de leur longueur)   ► 15
15 (14)
Pétioles de toutes les feuilles à poils étalés. Feuilles moyennement divisées sur environ 25 % de leur longueur, poilues ou glabres sur les deux faces 
Alchemilla vulgaris aggr. – Alchémille commune
30–60 cm —
prairies et pâturages gras, mégaphorbiaies, rives
; Arrhenatherion, Polygono-Trisetion, Cynosurion, Calthion
AlchVulg Lf 1.tif
Pétioles des feuilles âgées (feuilles de printemps) glabres, ceux des jeunes feuilles (feuilles d'été) poilus (origine du nom !). Feuilles peu divisées, seulement sur 5–20 % de leur longueur, glabres sur les deux faces 
Alchemilla heteropoda aggr. – Alchémille à rameaux de deux pilosités différentes
pelouses maigres de montagne
; Nardion
AlchHete Lf 1.tif
16 (13)
Feuilles larges de seulement 2–4 cm, profondément divisées sur 40–60 % de leur longueur, à dents grossières. Pétiole à poils étalés. Petites espèces des combes à neiges de l'étage alpin 
Alchemilla helvetica aggr. – Alchémille de Suisse
combes à neige
; Salicion herbaceae
AlchHelv Lf 1.tif
Feuilles grandes, larges de (4–)5–8 cm, divisées sur 25–50 % de leur longueur   ► 17
17 (16)
Réceptacles floraux plus longs que le calice à maturité, plante sauvage de 5–30 cm de hauteur 
Alchemilla hybrida aggr. – Alchémille hybride
10–20 (–30) cm —
prairies et pâturages maigres de montagne
; Nardion, Mesobromion
AlchHybr Lf 1.tif
Réceptacles floraux courts, atteignant au plus la même longueur que le calice à maturité. Plante échappée de jardin de grande dimension (20–100 cm)   ► 18
18 (17)
Pédicelles densément velus. Feuilles profondément divisées 25–50 % de leur longueur 
Alchemilla speciosa Buser – Alchémille splendide
Ch; 20–70 cm — collinéen–subalpin;
parcs, gazons, mégaphorbiaies
; Origine : Caucase; néophyte
Pédicelles glabres ou peu poilus. Feuilles peu divisées, sur 5–25 % de leur longueur 
Alchemilla mollis (Buser) Rothm. – Alchémille molle
Ch; 20–100 cm — collinéen–subalpin;
parcs, gazons, mégaphorbiaies
; Europe sud-est, Asie occidentale; néophyte